Les Arts et le Cœur

0632670697

Yeyalel

« Aie pitié de moi, Seigneur, car je suis abattu ; guéris-moi Éternel, car mes membres sont en désarroi, mon âme est bien troublée ; et toi, Ô Éternel, jusques à quand… ? »

 

YEYALEL : Arme mon bras, Seigneur, pour que je construise, avec le regard fixé sur l’éternité.

Que mes édifications servent à héberger le bonheur des humains.

Place mon intelligence au service de besoins réels et ne permets pas que je l’utilise pour prouver le bien-fondé de mes préjugés.

Que mon combat comporte, à tout moment, un objectif utile à la Communauté à laquelle j’appartiens.

Garde-moi, Seigneur, de la violence et fais qu’à tout moment je sois capable de céder, plutôt que de détruire.

Depuis la Hauteur de ton Séjour garde le souvenir de moi.

 

En moi tu trouveras unies, Pèlerin, l’intelligence active et celle qui est passive ; celle qui se projette vers l’avenir et celle qui contient la sagesse du passé.

Je suis « le bras droit » et je suis « le bras gauche » ; ils travaillent à l’unisson afin que les constructions matérielles aient un sens, un but, un objectif pour qu’en elles l’intelligence soit présente.

Apprends de mon Art, Pèlerin, et en tout ce que tu feras tu y renfermeras une idée, un propos qui aille au-delà de la réalité matérielle.

Cette idée fera, que tout se dressera, que tout s’élèvera avec force, et qu’après, par lui-même, pourra se détruire, lorsque le but de la construction sera déjà dépassé.

Sous mon commandement les choses sont telles qu’elles devraient être, et c’est ainsi que Je veux qu’elles sortent de toi, simples et parfaites, comme le sont les Fleurs.