Les Arts et le Cœur

0632670697

Cahethel

« Venez ! nous voulons nous prosterner, nous incliner, ployer les genoux devant l’Éternel, notre créateur. »

 

CAHETHEL : j’ai reçu de Toi, Seigneur, une infinité de dons.

Mes lèvres expriment avec aisance le Monde que Tu as créé, et mes mains modèlent, des formes pleines de grâce avec Ta matière primordiale.

Tu m’as permis de triompher, Ô CAHETHEL ! : Tu as placé autour de moi une cohorte de flatteurs ; entre Toi et moi Tu as placé des clôtures, des palissades ; terrains, jardins, propriétés, obstacles tous, qui m’éloignent de ta divine présence.

Mais Tu as placé aussi en moi, Seigneur CAHETHEL, l’ardeur pour les dépasser.

Permets, Seigneur, que cette ardeur soit ce qu’il y ait de plus fort, ce qu’il y ait de plus intense, en moi, pour que je puisse, grâce à elle sauter par-dessus les barrières, vaincre les palissades, m’arracher à la beauté des jardins et des terres, vaincre aussi la flatterie, le succès, le renom, et courir vite vers Ta source de vie.

Libère-moi, Seigneur, de la vanité, et moi je me libèrerai des servitudes de l’abondance.

 

Je t’ai donné des terres, et sur elles puissance.

Je t’ai donné noblesse, prestige et haut rang.

Je t’ai donné pouvoir pour t’exprimer et pour convaincre.

Et toi, tu vas me donner, quoi ?

J’attends beaucoup de toi, et c’est normal, à qui j’ai beaucoup donné.

De ta puissance j’attends Ma Justice.

De ta réputation, j’attends Ma Renommée.

De ta loquacité, j’attends le témoignage de Mon Œuvre.

J’ai mis en toi la Lumière pour  que tu puisses me découvrir, me rencontrer, pour que tu ne puisses pas dire que tu étais de ténèbres entouré.

Sois, Pèlerin, le paladin de Ma Loi et de Ma Justice.

Je ne te demande aucun renoncement.

Je te demande que, depuis ton poste de commandement, tu sois celui qui, par son exemple, dignifie toutes choses en faisant que ce qui est beau soit, inévitablement, ce qui est juste ; que l’utile soit justement ce qui est nécessaire, et que le nécessaire soit strictement ce qui doit donner à tes frères et à toi une plus haute conscience de l’Univers.

Voici le travail que je t’ai assigné.

Puisses-tu, Pèlerin, remplir tes obligations avec fidélité.