Les Arts et le Cœur

0632670697

Yeiayel

« C’est l’Éternel qui te garde, l’Éternel qui est à ta droite comme ton ombre tutélaire. »

 


YEIAYEL : Tu m’as donné, Seigneur, conscience de l’unité de ton Règne et la vision de ce que sera la vie quand les voix des instincts trouveront leur silence ordonné.

Permets-moi, Seigneur, que cette connaissance intérieure puisse être exprimée dans mon comportement, fais que Ton idée devienne chez-moi muscle et sang, de façon que mes gestes parlent mieux et plus fort que mes mots.

Et dans ce voyage vers ton radieux futur, garde-moi, Seigneur, du danger d’un naufrage, de cette catastrophe qui guette toujours l’homme si son âme, se détache de l’Éternel, pour adorer sa personnalité passagère et mortelle.

Libère-moi, Seigneur de l’erreur commise par Narcisse et lorsqu’un miroir renverra mon image, fais que mes yeux te découvrent, Toi dans mon image.

 


Par tes mots, par tes actes, par tes entreprises, le Monde doit savoir que la vie est éternelle ; qu’il y a une autre vie après celle-ci, et quand cette autre vie sera finie, une nouvelle vie naîtra de l’inépuisable source de l’éternel.

Je veux, Pèlerin, que tu vives, comme si ton existence devait durer cent mille ans et que les autres apprennent de toi qu’il ne peut pas y avoir d’éternité sans renouveau, sans un incessant retour à la jeunesse, sans l’élimination des fèces périssables de ton corps mental et de ton corps du désir, tel qu’elles sont, automatiquement, expulsées de ton corps physique.

Je t’ai donné fortune et renommée, pour que les autres te respectent ; mais n’oublie jamais, Pèlerin, que l’Or est la cristallisation de la Lumière, et que, si tu gaspilles cet or, la Lumière te quittera aussi et alors tu seras pauvre dans les deux mondes : dans monde physique, dans le monde mental.

Je veux que tu deviennes l’éternel jeune, créateur d’éternelles entreprises, celui qui sait édifier en dur, sur le roc, Ma Pensée.