Les Arts et le Cœur

0632670697

Historique et origine du REIKI

Indrajeet

Mikao Usui est né le 15 Août 1865 dans la province de Yagamata au Nord-Est de Japon, en bordure de la mer du même nom.                                                                                                        Il est issu d'une grande famille de samouraï d'un niveau très élevé. Cette caste de guerriers d'élite était composée d'hommes possédant une réelle conscience du divin s'inscrivant dans une recherche spirituelle.                                                                                                              Les samouraïs étaient dépositaires de connaissances et de pratiques ésotériques.                   A 4 ans, Mikao Usui intègre un monastère du bouddhisme Tendaï, où il apprend la Qi Gong. Durant ses études il fréquent une école de guérison spirituelle pour apprendre le Rei Jyutsu Ka.                                                                                                                                                    Il va méditer régulièrement sur la montagne sainte de Kurama-Yama, au nord de Kyoto, dans un temple du bouddhisme Shingon (ou Mikkyo), lignée du bouddhisme ésotérique Japonais. C'est un haut lieu spirituel, où Mikao fera plusieurs retraites particulièrement importantes pour le Reiki.                                                                                                                       Il s'intéresse aussi au christianisme ; et pratiquera les arts martiaux toute sa vie jusqu'à atteindre le niveau de maître instructeur. Il fut un proche de O Sensai Ueshiba, maître et fondateur de l'Aïkido.                                                                                                                              Il poursuit longtemps ses études , et acquiert un excellent niveau d'éducation jusqu'à obtenir  un doctorat de littérature occidentale. 
A ses 18 ans son père décède, il prend alors le nom de ses ancêtres, Usui. Vers 1890, une épidémie de choléra sévit au Japon. Usui contracte le virus et, malade, vit une expérience de mort imminente. Il a, durant sa maladie, des visions du Bouddha Mahavairochana dont il reçoit  des instructions et des enseignements. Cet évènement bouleverse et transforme sa vie. Il s'investit alors profondément dans les pratiques de guérison spirituelle et ésotérique transmises par le Bouddha. Il développe sa compassion et se met au service de l'humanité souffrante. Suite à cet important et peu ordinaire évènement, il n'aura de cesse de rechercher la signification de ce contact.  Sceptiques, voire révoltés, ses proches s'éloigne de lui et sa famille rompt les liens.                                                                                                       
Au cours de ses recherches, il rencontre le père de Watanabe Kioshi Itami, un de ses futurs successeurs maître du bouddhisme Shingon.  Ce dernier lui éclaircie le sens de sa révélation, Mikao se convertit du Tendaï au Shingon vers l'age de 30 ans, au grand dam de sa famille. Il étudit le Shingon.                                                                                                                Il acquiert de nombreux textes, notamment Tibétain des 9e, 10e, et 11e siècles, ainsi qu'un document tantra du Shingon : le Tantrat de l'Eclair, ramené de Chine par le fondateur de bouddhisme Shingon. Dans ces documents, il s'intéresse particulièrement aux textes médicaux tirés d'un enseignement du Bouddha Sakyamani sur la guérison des maladies du futur. Mikao devient un maître de méditation et un praticien accompli, associant le Qi Gong aux connaissances sur l'énergétique du corps hérité du Bouddha Sakyamani. Il s'intéresse aussi à la médecine occidentale.   
C'est une période incertaine pour lui, pendant laquelle il cherche sa voie, avec des difficultés financières et de nombreux emplois occupés : missionnaire bouddhiste en occident, fonctionnaire, journaliste, secrétaire du maire de Tokyo, conseiller du gouverneur de Taiwan, visiteur de prison. Bien que s'inscrivant dans le cadre d'un ordre religieux, il se comporte en homme libre, loin de l'image du moine reclus.  C'est la période durant laquelle il rencontre la jolie Sadako Suzuki, qu'il épouse. Ils auront ensemble deux enfants. Les relations avec sa famille ne s'arrangent pas pour autant. Elle lui reproche son investissement dans ses recherches spirituelles, notamment celles concernant le bouddhisme et le christianisme.
Mikao Usui, accompagné d'un maître Zen, oriente alors sa volonté vers la recherche d'un état de grâce et de paix : le Satori (l'illumination). Il effectue plusieurs retraites ascétiques sur le mont Kuruma-Yama. C'est lors d'une de ses ascèses de 21 jours qu'il reçoit la révélation du Reiki.
Son énergie personnelle (Ki) entre alors en syntonie (résonance) avec l'Energie Universelle (Rei). Cet état se manifeste en lui notamment pour produire une énergie de guérison. Il le nomme donc Reiki. Le Reiki désigne à la fois sa méthode de guérison et l'énergie déployée lors des soins. Après sa descente du mont Kuruma-Yama, il soigne avec une vigueur nouvelle, formalise son enseignement en 3 degrés et écris un manuel de soin qu'il nomme  Usui Reiki Hikkei. Il s'installe à Kyoto où il soigne et aide les pauvres et les déshérités.              De part ses études, il obtient la capacité de transmettre une initiation spirituelle et apprend aussi une technique de purification de la parole et du souffle (Corps Ame Esprit).                    En 1922, il est secrétaire du premier ministre du Japon. C'est une année de catastrophe pour le Japon, qui subit une suite de typhon, tremblements de terre, épidémies, qui décide Mikao Usui à ouvrir une clinique près de Tokyo et à fonder une association : Usui Reiki Ryoho Gakkaï.                                                                                                                                            En 1923, un nouveau tremblement de terre associé à une épidémie de choléra entraîne la mort de plus de 140 000 personnes. Et alors que dans les centres de soins à l'européenne le taux de mortalité atteint plus de 90%, dans la clinique de Mikao Usui, le taux de guérison dépasse les 90%. La notoriété d'Usui gagne tout le Japon, et il est invité à travers tout le pays pour dispenser son enseignement.                                                                                              L'empereur le remercie et lui attribue le Kun an, la plus haute distinction Japonaise. En 1924 il fait construire une vaste clinique à Nakano dans la banlieue de Tokyo.
En 1925 il rencontre Chujiro Hayashi, un officier de marine à la retraite. Chrétien méthodiste et occidentalisé, il n'en connaît pas moins l'acupuncture et la médecine chinoise. Il se met à suivre l'enseignement d'Usui et étudie le Reiki Assidûment. Hayashi modifie alors les enseignements et donne plus d'importance aux rituels et aux symboles. Il crée son propre mouvement : Hayashi Reiki Ken Kyu Kaï. C'est lui qui diffuse le Reiki hors du Japon. Sa fille Kiyoe lui succède et implante le Reiki en Corée, en Asie du sud et en Inde.        Le  9 mars 1926, Mikao Usui décède à Fukuyama, près de Hiroshima.
Il aura alors enseigné le Reiki à plus de 2000 personnes, dont 17 maîtres, certains créant leurs propres écoles. Tous ont été reconnus par le parlement et le ministère de la santé. 
Diffusion du Reiki dans le monde :
Plusieurs personnes ont exporté le Reiki hors du Japon, parmi elles, citons Hayashi, Watanabe en Amérique. Hawayo Takata qui fut une disciple de Hayashi adapta la façon Japonaise d'aborder le Reiki au monde occidental, où elle vivait, pour qu'il soit plus facilement accepté et que la puissance et la richesse de cette pratique se diffuse largement.                                                                                                                                                                                                                                                                                                            
Dans chaque épreuve ne cherchez pas l'énemi, cherchez l'enseignement.                                      Mikao Usui.